[Newsletter 2] Mai 2012

Newsletter SCoT Valenciennois

À la Une

Déplacements : le SITURV a mené l’enquête

Au sein du territoire, 65% des déplacements sont réalisés en voiture. Ce mode de transport est le seul en augmentation par rapport à la précédente enquête ménages déplacements de 1998 (60 %). Commandée par le syndicat intercommunal pour les transports urbains de la Région de Valenciennes et menée au printemps 2011 auprès de 7700 personnes, la nouvelle enquête révèle aussi que la part des transports en commun demeure stable, grâce aux deux lignes de tramway. La mobilité est l’une des priorités du SCoT du Valenciennois.

Un schéma régional de cohérence écologique pour fin 2012

Préserver la biodiversité et restaurer les continuités écologiques : voici les objectifs de ce schéma qui sera mis en place fin 2012. Favorisant la mise en œuvre d’une trame verte et bleue sur le territoire régional, il est élaboré conjointement par l’État et le Conseil régional et le SCoT devra le prendre en compte lors de son application.
Le schéma complet téléchargeable ici
 

Le Valenciennois au patrimoine mondial de l'UNESCO ?

 

La candidature du Bassin minier à une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, au titre de « Paysage culturel évolutif », sera examinée lors de la prochaine session du Comité du patrimoine mondial qui se tiendra du 24 juin au 6 juillet à Saint-Pétersbourg (Russie).

Cette inscription prestigieuse sera porteuse de fierté pour les habitants et contribuera au changement d’image du territoire.
Pour en savoir plus : www.bmu.fr

Ils l'ont dit

Leur avis sur les séminaires organisés autour du PADD

« Ces rencontres ont permis de mieux cerner les enjeux du PADD. Dans une période où la prospective est périlleuse, nous savons désormais mieux où aller. Une grande partie des interrogations sont levées. Nous avons aussi pu élever le débat au niveau où il doit être. C'est-à-dire à l’échelle de l’arrondissement. Les intérêts locaux sont présents. On ne les gomme pas car ils existent. Et on les a intégrés dans une logique d’arrondissement. Le territoire valorisera l’ensemble des richesses en maintenant les équilibres locaux. »

Dominique Mary, conseiller municipal de Beuvrages, commune de 7750 habitants située à 5 kilomètres au nord-ouest de Valenciennes, donne son avis sur les trois journées de séminaires organisées autour du PADD à l’automne 2011.

« J’étais présente aux trois journées. Elles ont permis de faire la jonction entre le diagnostic et le PADD. Nous avons aussi pu rencontrer les membres des autres communautés de communes concernées par le SCoT. Nous avons pu confronter nos points de vue et voir que nous avions les mêmes ambitions. Il y avait aussi des intervenants extérieurs au territoire. Leurs témoignages nous ont été très profitables, notamment ceux de nos voisins belges. Cette vision au-delà de nos frontières était originale et très enrichissante. » 

Thérèse Legros, conseillère municipale de Préseau, commune de 1890 habitants située à 5 kilomètres au sud-est de Valenciennes.

Point d'étape

Premiers ateliers de travail sur le PADD

L’élaboration du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) se poursuit avec la deuxième des trois étapes, la construction du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD).
En janvier dernier, les premières pistes d’élaboration du PADD ont été présentées aux élus du SCoT.
Trois ateliers ont permis d’échanger sur le sujet et de recueillir les impressions des élus afin d’affiner les ambitions du document. Il s’agit de déterminer les enjeux futurs pour le Valenciennois, qui ont été abordés selon trois échelles : le grand territoire dans son environnement régional, la cohérence et l’organisation interne du SCoT, et enfin le territoire de proximité.

Décryptage

La densité : une notion à clarifier pour mieux l’accepter

Ville intense, ville des courtes distances, intensité urbaine… Sous ces appellations, se cache une même réalité : pour limiter la consommation des espaces agricoles et naturels et, dans le même temps, répondre aux besoins des habitants et des entreprises, les territoires doivent dans l’avenir, augmenter la densité de leurs constructions. Or, la notion de densité se heurte à de nombreuses idées reçues. Entre nouvelles formes urbaines et respect de l’identité et de l’histoire des villes et villages du Valenciennois, voici quelques pistes pour faire avancer la réflexion.

Lire la suite

La densité sur le territoire

Le Valenciennois présente une densité de population plus forte que la moyenne nationale (552 habitants au km2 contre 113 dans l’hexagone) mais près d’un tiers des communes du territoire, notamment les plus urbaines, continuent toutefois à voir leur densité baisser.
Aujourd’hui, à titre de comparaison, pour loger 1000 habitants, il faut 181 hectares dans le Valenciennois, mais 2 fois moins dans l’arrondissement de Lille (73 hectares) et 3 fois moins dans une ville comme Maubeuge (57 hectares).
Quant à la densité résidentielle, elle est très variée. Cela va de l’habitat individuel dispersé (5 logements par hectare) jusqu’au petit collectif récent (105 logements par hectare) en passant par des lotissements de maisons mitoyennes (24 logements par hectare).

Faire plus avec moins : pourquoi est-ce important de densifier ?

Il est nécessaire de densifier car l’étalement urbain a montré ses limites. Il contribue au réchauffement climatique, diminue les capacités de production de l’agriculture, appauvrit la biodiversité et entraîne des coûts pour la collectivité.
Il faut également densifier pour répondre à la demande croissante de la population en termes de logements. L’offre n’est plus adaptée et, pour la diversifier, les communes doivent se tourner vers de nouvelles façons d’habiter.
En parvenant à densifier son territoire, le Valenciennois permettra à ses habitants de réduire leurs temps de parcours quotidiens tout en ayant un accès plus aisé aux services. Les logements anciens retrouveront une attractivité résidentielle tandis que la construction de nouveaux logements sobres en énergie sera aussi favorisée. L’offre de logements sera ainsi diversifiée et cela favorisera la mixité sociale.
La densification doit être amenée de manière réfléchie, en travaillant les formes urbaines et en économisant l’espace tout en préservant l’intimité de chacun.

Comment le SCoT va-t-il y contribuer ?

Depuis la loi « Grenelle 2 » de juillet 2010, le SCoT est un document précis quant à la maîtrise de la consommation d’espace. Il doit ainsi analyser la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers au cours des 10 années précédant son approbation, et justifier des objectifs chiffrés de limitation de cette consommation. Pour cela, le SCoT peut définir des objectifs de densification (pour l’habitat, mais aussi pour les zones d’activités), règles auxquelles le règlement d'urbanisme devra se conformer.
Pour y parvenir, le SCoT pourra, entre autres, imposer une densité minimale de construction dans certains espaces, notamment ceux situés à proximité des transports collectifs existants ou programmés. Mais au-delà des chiffres, la volonté est de modifier en profondeur les pratiques d’aménagement, en accompagnant les élus locaux et en travaillant avec les aménageurs. Favoriser la densité doit nécessairement s’accompagner d’une très forte amélioration du cadre de vie.

Pour aller plus loin

Retrouvez très prochainement une note technique sur la densité, téléchargeable sur le site Internet, rubrique Documentation.
 

Sondage

Le tourisme doit-il être développé sur le territoire du Valenciennois ?

Rendez-vous

28 et 29 juin : 8èmes rencontres nationales des SCoT, à Nantes.

Plus d’informations :
- site de la Fédération nationale des SCOT
- site dédié aux 8èmes rencontres nationales des SCoT