Novembre 2011 : Nouveau site internet / Diagnostic élaboré / Étalement urbain

Newsletter 11-2011

À la Une

Communication
et concertation en ordre de marche

Depuis le 16 septembre, le SCoT du Valenciennois dispose d’un site internet, nouvel outil de communication destiné à tous les publics : élus, techniciens, représentants de la société civile, habitants… Pour tout savoir, rejoignez-nous sur : www.scot-valenciennois.fr

Le diagnostic,
premier palier franchi

La première étape de l’élaboration du SCoT du Valenciennois a été franchie avec l’élaboration du diagnostic. Il analyse le territoire par thématiques et permet d’identifier forces, faiblesses et enjeux majeurs.

Ils l'ont dit

« Comment j’ai parlé
du SCoT en conseil municipal ? »

« J’ai souhaité une présentation non-officielle, informelle, à l’ensemble des élus. Les enjeux du Scot Grenelle du Valenciennois sont très importants. Je n’envisageais donc pas autre chose que de communiquer à ce sujet. Grâce à cette démarche participative, les élus ont davantage mesuré l’importance de certaines disparités et les richesses dont nous pourrions disposer. Les éléments qu’ils ont apportés ne peuvent qu’enrichir les échanges. »
 
Josiane Vanlathem, quatrième adjointe au maire de Saint-Saulve, commune urbaine de 11 000 habitants, située dans la première couronne de Valenciennes. Lors d’un débat, le président et l’équipe ont été invités à présenter aux élus du conseil municipal le rôle du SCOT et l’articulation de celui-ci avec le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

« Si le tourisme ne se
développe pas, le territoire manquera
d’oxygène »

Contrairement aux idées reçues, le territoire du SCoT du Valenciennois a de nombreux atouts : renouvellement de ses filières historiques, ouverture vers le tertiaire de haut niveau, véritable patrimoine touristique… Un potentiel d’avenir analysé par Christian Duhaut, directeur d’Études d’Eurotrans. Son cabinet a accompagné le SCoT du Valenciennois, au sein d’un groupement Airele-Eurotrans, sur le potentiel économique et fluvial du corridor de l’Escaut. Cela a été l’occasion de mettre en avant le nécessaire développement de la filière touristique, vitale pour l’avenir du territoire.
 
Christian Duhaut, Président directeur d’études d’Eurotrans

L’intégralité de l’interview de Christian Duhaut

Qu’a révélé votre diagnostic sur la situation économique du Valenciennois
et ses perspectives ?

    Nous avons été agréablement surpris. Le territoire bénéficie d’un passé industriel
très important. Un renouvellement récent avec des filières fortes (ferroviaire, automobile,
métallurgie, agroalimentaire…) a permis de conserver un dynamisme que l’on ne
retrouve pas ailleurs. Le futur canal Seine-Nord en fait une voie de passage importante pour la logistique et le tourisme fluvial.
    La population se maintient alors que la tendance est à la baisse. Le chômage a diminué. On a constaté une ouverture vers le tertiaire de haut niveau (recherche, numérique, transport, etc.). Quelque chose a été initié et doit être consolidé. Il faut maintenant
développer l’aspect touristique. Car il pèse peu en termes d’emplois et d’économie.
Alors qu’il est important pour l’avenir.

Le tourisme est donc un enjeu majeur pour le devenir du territoire ?

    Tout à fait. Il est vital pour le futur du Valenciennois. Le potentiel est indéniable.
Nous avons réalisé de nombreuses études de terrain qui nous ont prouvé la richesse
du patrimoine : le parc naturel transfrontalier Scarpe Escaut, la ville historique de
Valenciennes, le port de plaisance de Saint-Amand-les-Eaux, etc. Je pourrais citer beau-coup d’autres endroits très agréables. Ce qui est surprenant, c’est que des richesses touristiques telles que le lac d’Hergnies ou Condé-sur-l’Escaut soient méconnues par
la population régionale. Et donc peu exploités en matière de tourisme.

Comment faire pour développer ce potentiel touristique ?

    Aujourd’hui, il faut commencer par proposer des nuitées à vocation touristiques
et faire renaître les métiers traditionnels (chocolateries, brasseries, ferronneries, verreries…). Nos amis belges font ça très bien : ils parviennent à faire venir une population
sur un week-end ou sur une semaine et à proposer des activités. En France, à côté de chez nous, d’autres ont aussi réussi : la baie de Somme, Saint-Omer, etc. Alors pourquoi pas le Valenciennois ? 
    Développer durablement le tourisme permettrait de créer 4 % d’emplois supplémentaires sur l’arrondissement mais aussi, à long terme, d’attirer des populations résidentes. Le territoire serait reconnu pour sa qualité de vie et son attractivité. Cela renforcerait
la demande locale de services et loisirs et donnerait envie aux actifs de s’installer.
    Il ne faut toutefois pas que le tourisme déstabilise l’économie du territoire…
L’essor de cette activité ne doit en effet pas se faire au détriment de l’industrie ou
de la logistique, bien au contraire. Mais si le tourisme ne se développe pas, le territoire manquera d’oxygène et les populations actives dans les domaines d’avenir risqueraient
de partir.
    Le tourisme doit être complémentaire des autres secteurs. C’est justement tout
l’enjeu du SCoT que de produire quelque chose d’équilibré. Il faut maintenir l’existant
en proposant des orientations nouvelles et harmoniser l’ensemble.

Point d'étape

Comment passer
du diagnostic au Projet d’Aménagement
et de Développement Durable (PADD) ?

Aujourd’hui : le diagnostic est partagé par l’ensemble des acteurs du territoire. Il permet de dresser des constats. Reste à déterminer les principaux enjeux pour l’avenir du Valenciennois. Des scénarios vont être élaborés, à partir desquels les élus dessineront le projet de territoire. Il répondra au mieux aux besoins actuels et futurs de la population. C’est maintenant que s’engage cette phase : l’élaboration du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD).

Décryptage

L’étalement urbain :
les particularités du Valenciennois

Des constructions qui s’étendent de façon désordonnée, au détriment des zones agricoles et naturelles : ainsi va l’étalement urbain, phénomène qui s’est accéléré dans le Valenciennois, au cours des années 80, avec la création des autoroutes A2 et A23. Cette expansion urbaine s’est encore accentuée avec le désir des citadins d’habiter à la campagne. Résultat : de 1990 à 2005, près de 2000 hectares ont été urbanisés. Le SCoT du Valenciennois propose de réfléchir aux nouvelles formes urbaines, aux moyens de préserver les espaces naturels tout en favorisant l’activité agricole, aux leviers qui permettront l’équilibre entre extension et renouvellement urbain.

Lire la suite

L’étalement urbain ?

    L’étalement urbain se définit comme un phénomène non maîtrisé d’expansion urbaine en périphérie des villes et villages, fort consommateur de zones agricoles et naturelles.
Il est représenté par un habitat peu dense (lotissements pavillonnaires, maisons individuelles) et des zones d’activités économiques consommatrices d’espaces disséminées
le long des principaux axes de communication.

Et ici, dans le Valenciennois ?

    Au XIXe siècle, les villes étaient denses. Sous la révolution industrielle les activités minières et sidérurgiques très présentes sur le territoire, ont privilégié l’implantation
des habitations de type cité ou coron autour des lieux de travail, mais déconnectées
des centres historiques.
    L’étalement urbain a débuté dans les années 60-70 pour s’accélérer dans les années 80-90. Plusieurs facteurs sont en cause :
- le développement des infrastructures routières (autoroutes A2 et A23) et ferroviaires qui permettent d’augmenter les distances de déplacement (notamment domicile - travail) tout en réduisant les temps de trajet.
- l’augmentation du nombre des ménages possédant un véhicule (75 % des ménages du territoire aujourd’hui)
- le souhait des urbains de s’installer « au vert », ici comme partout en France,
le coût du foncier qui contraint les ménages à s’installer de plus en plus loin des villes pour pouvoir accéder à la propriété.

Étalement urbain : quelles conséquences pour le territoire ?

    Aujourd’hui, le phénomène doit être maîtrisé car il entraîne de trop nombreux effets négatifs unanimement identifiés par les politiques d’aménagement et d’urbanisme :
conséquences économiques : infrastructures routières surchargées (+56 % de 1999 à 2008 aux entrées du territoire), dépenses excessives pour les particuliers (carburant, transport) et pour les collectivités (aménagement des espaces résidentiels, raccordement aux réseaux), diminution des surfaces agricoles cultivées.
    Conséquences écologiques : écosystèmes et biodiversité menacés par la disparition de l’espace naturel, hausse des émissions de gaz à effets de serre, imperméabilisation des sols favorisant le ruissellement des eaux pluviales (risque d’augmentation des crues), banalisation des paysages.

Le Scot, un outil d’aide à la décision

    Le schéma de cohérence territoriale du Valenciennois devra proposer des leviers pour maîtriser l’étalement urbain :
- Inciter à de nouvelles formes urbaines et réapprendre la densité
- Trouver l’équilibre entre renouvellement urbain et extension urbaine
- Fixer des objectifs chiffrés pour limiter la consommation d’espaces naturels et agricoles
- Favoriser toutes les formes d’agriculture (périurbaine par exemple)
- Lutter contre l’urbanisation linéaire (le long des axes routiers)
- Repenser les modes de déplacements (courtes distances, transports en commun)

Et enfin, il pose des questions qui permettront de faire avancer la réflexion :

    Le désir des ménages d’aller vivre à la campagne : une question de budget ou de mode de vie ?
La ville se renouvelle sans cesse. Le lotissement a-t-il la même capacité d’évolution et
de renouvellement que le tissu urbain traditionnel ?
Comment gérer les conflits d’usages entre espaces agricoles, naturels et urbains notamment dans les espaces périurbains ?
Comment maîtriser l’étalement urbain sans condamner le développement des communes périurbaines ?

Pour aller plus loin :

    Un article du centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu) qui traite de l’étalement urbain et invite à « une certaine maîtrise qui apparaît indispensable dans une optique de développement durable. »
    http://www.observation-urbaine.certu.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/article_JCC_cle685ca1.pdf

Sondage

Vous sentez-vous concerné
par le dérèglement climatique ?

Rendez-vous

Quatre réunions publiques

En septembre 2011, les quatre premières réunions publiques ont ouvert la première étape de la concertation avec les habitants du Valenciennois, venus nombreux découvrir le diagnostic du territoire. Des réactions et témoignages qui nourriront le projet pour les étapes à venir. Rendez-vous sur www.scot-valenciennois.fr pour découvrir toutes les actualités du SCoT du Valenciennois.